ENVOLÉE

Extrait

En ce qui me concerne, que je sois fou à lier ou victime d’une plaisanterie, le résultat est le même. Je ne peux plus écrire le prénom d’Hannah, je ne peux plus décrire son appartement, planifier ses menus, occuper ses journées. Je ne peux plus m’émerveiller devant ses talents de pâtissière, ni envier son organisation sans pareille. Je ne peux plus partager son quotidien pour mieux oublier le mien. 


En fin de compte, mon imaginaire est si étroit, si limité, que ma seule et unique création m’a échappé. Elle ne veut plus que j’écrive sa vie, elle me cache des choses. Je le sais, je le sens. Malgré un travail méthodique et méticuleux, malgré une attention soutenue et des heures consacrées à lui façonner une vie stable, remplie et satisfaisante, Hannah s’est dérobée à moi. Tout comme son pays natal, elle demeure superbe et inatteignable. J’ai été incapable de lui faire honneur. Pourtant j’ai fait de mon mieux ! 


Que le moment soit réel ou fantasmé, je suis incapable de mener à bien mes projets. Force m’est de reconnaître qu’acheter un billet de bus ou exhumer un carnet d’un tiroir ne garantit ni l’évasion, ni un nouveau départ et, que dès qu’il est question de l’Irlande, mes rares compétences ne servent plus à rien. Pire, je régresse. Ma redoutable précision devient laborieuse et inutile, mes connaissances s’effritent. Mon enthousiasme ne peut compenser le fait que je ne sois pas à la hauteur de mes ambitions. 


À dix-sept ans, j’avais l’excuse de n’avoir encore rien vu ni vécu, j’étais à l’âge où les erreurs vont de soi. À quarante-cinq ans, l’âge des hypothèques et factures, des carnets de notes et vaccins, je n’ai plus d’autre choix que d’admettre que, malgré les paroles rassurantes du médecin que je suis retourné voir ce matin, je suis en train de perdre la tête, que mes enfants chéris vont bientôt être confiés à leur grand-mère. 


Hannah a disparu et, désormais, je n’ai aucun moyen pour la récupérer.

Synopsis

Quoi de plus naturel, quand on a quatre enfants turbulents, une femme qui s’enfonce dans la dépression et un métier sans envergure, que d’imaginer l’existence d’un alter ego féminin et de consacrer tout son temps libre à en décrire la vie pour s’évader enfin de la sienne ? Notre narrateur n’a aucune ambition littéraire, mais le sens du détail ; et comme il cache une passion inassouvie pour l’Irlande, Hannah, son héroïne, sera dublinoise et d’une efficacité auquel il aspire au quotidien.

 

Mais voilà qu’elle prend également sa plume pour tenir en cachette un journal intime ! Hannah veut changer sa vie, au point de remettre en question ses choix professionnels et de raviver sa vocation d’actrice abandonnée dès son arrivée en France vingt ans plus tôt. Or elle a de l’imagination, des ressources et un goût prononcé pour l’irrévérence.

Plus notre narrateur s’épanouit à décrire le quotidien d’Hannah implacable de perfectionnisme et d’organisation, plus celle-ci s’efforce d’y échapper. Il s’inquiète lorsque de nouveaux détails qu’il n’a pas consignés par écrit font leur apparition, jusqu’au jour où le prénom de son Irlandaise disparaît de toutes les pages, même lorsqu’il s’acharne à l’écrire. Hannah s’est envolée et il n’a aucun moyen de la faire revenir.

Davantage qu’une réflexion sur le rapport de l’auteur à l’écriture, Envolée est un roman qui parle d’ambition et de vocation inaboutie, mais également des raisons qui poussent certains à refaire leurs vies à l’étranger. 

– 55 750 mots / 321 500 caractères / N˚000529664 SACD